Congé parental écourté, indemnité révisée… La réforme qui va tout changer

Durée de lecture : 4 minutes
Congé parental écourté, indemnité révisée... La réforme qui va tout changer !-© iStock

Le « congé de naissance », en passe de remplacer le « congé parental », tend vers une meilleure rémunération après la réforme. Matignon, favorable à cette proposition, met en avant un dispositif proposant une indemnité équivalente à 50% du salaire du bénéficiaire.

« Congé de naissance » : Emmanuel Macron promet une indemnisation plus attractive

Depuis 2020, la question de la réforme du congé parental agite l’opinion publique. Le 16 janvier 2024, Emmanuel Macron a abordé à nouveau le sujet lors d’une conférence de presse.

Cette réforme vise à améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, offrant aux parents la possibilité de passer plus de temps avec leurs enfants.

Selon le chef de l’État, ce nouveau congé de naissance « sera mieux rémunéré et permettra aux deux parents d’être auprès de leur enfant pendant six mois s’ils le souhaitent ».

Il a critiqué l’ancien dispositif (le congé parental) comme étant « extrêmement peu et mal rémunéré », ce qui a souvent engendré « des situations impossibles » pour de nombreux parents.

Vers un congé parental plus court qu’auparavant…

Par contre, ce nouveau dispositif « sera plus court que le congé parental actuel, qui peut aller jusqu’à trois ans et qui éloigne beaucoup de femmes du marché du travail », a-t-il précisé.

Réforme du congé parental : le gouvernement souhaite encourager les Français dans leur désir d’enfant

Selon toujours le locataire de l’Élysée, le principal objectif de la réforme est de parvenir à « débloquer les freins économiques et sociaux au désir d’enfant ».

« Nous voulons remettre au centre du débat les besoins de l’enfant : les neurosciences montrent que les trois premières années de vie sont fondamentales pour le développement et l’acquisition de compétences psychosociales de l’enfant », explique Isabelle Santiago, une députée socialiste qui soutient la réforme.

Voici l’indemnité que vous pourriez toucher

Quant à la rémunération, le Premier ministre Gabriel Attal a exprimé, à travers le service de communication de son cabinet le mercredi 6 mars dernier, son souhait de « sortir de la logique de prestation familiale » et estime donc « entrer dans une logique d’indemnités journalières, indexées sur le salaire ».

En effet, il envisage avec la ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes Aurore Bergé une indemnité à 50 % du salaire du bénéficiaire.

Toutefois, un plafond à 1 800 euros, qui pourrait par la suite être complété par l’employeur jusqu’à atteindre les 100 %, est également prévu dans la réforme portant sur le congé de naissance.

Le gouvernement devrait prochainement lancer une consultation des partenaires sociaux et des familles. Un projet de loi pourrait ensuite être présenté au Parlement en 2024.

Partager cet article