École : selon les scientifiques, les enfants nés ce mois de l’année ont plus de chances de redoubler

Durée de lecture : 4 minutes
École : selon les scientifiques, les enfants nés ce mois de l'année ont plus de chances de redoubler !-© iStock

Plusieurs études ont démontré que l’âge auquel chaque élève commence l’école a un impact significatif sur sa réussite ou son échec tout au long de son parcours au primaire. Voici pourquoi.

Existe-t-il un lien entre réussite scolaire et mois de naissance ?

Un groupe de chercheurs issus des universités de Northwestern (USA), de Floride(USA) et de Toronto(Canada) ont mené une longue et vaste étude sur la question.

Intitulée « L’âge de départ à l’école et le développement cognitif« , elle a été publiée depuis 2017 par le prestigieux organisme américain, le National Bureau of Economic Research.

Pour tenter d’établir un lien de causalité entre réussite scolaire et mois de naissance, ces scientifiques ont analysé minutieusement les performances scolaires de 1,2 million d’élèves scolarisés en Floride, compris dans l’intervalle d’âge de 6 à 15 ans.

Ces derniers ont entamé l’école en fonction de leur mois de naissance, un critère qui définit leurs capacités cognitives.

Ce sont les élèves nés au mois d’août qui affichent la performance la plus basse, voici pourquoi

À la fin de l’étude, les chercheurs ont conclu que ce sont les élèves nés au mois d’août qui affichent les performances les plus basses.

En effet, aux États-Unis, les natifs de cette période de l’année sont les plus jeunes de leur classe. Dans le pays, pour qu’un enfant puisse être inscrit en maternelle, il doit avoir 5 ans révolus.

Autrement dit, un futur élève qui n’atteindra pas cet âge minimal (5 ans) qu’en septembre (mois de la rentrée) ne pourra pas être accepté avant l’année suivante.

Beaucoup plus matures que l’ensemble de leur classe, ce sont donc ces enfants-là, selon toujours la même étude, qui performent le mieux.

Ces derniers, indiquent les scientifiques, ont l’avantage d’avoir une meilleure confiance en eux et de développer, de toute évidence, des capacités cognitives extrêmement avancées.

Une conclusion confirmée par Pauline Givord

En 2020, la même conclusion a été observée par Pauline Givord en épluchant les données du programme international pour le suivi des acquis des élèves (Pisa).

L’économiste a montré que les plus jeunes d’une classe, n’ayant pas confiance en eux, performent le moins et sont même susceptibles de redoubler en primaire.

« L’impact délétère peut se situer au niveau de la confiance en soi »

Et la psychologue de l’enfance, Lucie Rose de confirmer que l’âge de l’entrée à l’école reste un facteur déterminant pour la réussite scolaire.

« Si vous prenez un enfant qui a 10 mois d’écart par rapport à d’autres dans sa classe au CP, cela peut représenter une grande différence en termes de développement cognitif ou encore d’apprentissage de la lecture. L’impact délétère peut se situer au niveau de la confiance en soi », explique-t-elle dans les colonnes du Figaro.

Partager cet article
Laisser un commentaire