2 aides pour améliorer votre retraite, conditions pour en bénéficier

Durée de lecture : 5 minutes
2 aides pour améliorer votre retraite, conditions pour en bénéficier !-© Adobestock

Découvrez ces 2 aides financières accessibles aux retraités pour améliorer leur pouvoir d’achat. L’une d’entre elles a un taux de non-recours encore très élevé.

« Le non-recours aux prestations sociales accroît le risque de précarité socioéconomique des individus » concernés.

« Le non-recours aux prestations sociales, précise vie-publique.fr, accroît le risque de précarité socioéconomique et d’isolement des individus qui ne bénéficient pas des aides ou des droits auxquels ils pourraient prétendre ».

Une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) parue le 12 avril 2023 dévoile que, « pour 4 personnes sur dix, le non-recours aux prestations sociales est principalement lié au manque d’information ».

2 aides pour améliorer votre retraite, conditions pour en bénéficier

Ex-minimum vieillesse ou Allocation de solidarité aux personnes âgées.

50 % des retraités éligibles ne pensent pas à demander l’ex- « minimum vieillesse » désormais connu sous sa nouvelle appellation Allocation de solidarité aux personnes âgées.

Cette aide bien trop méconnue en France entraîne un manque à gagner d’environ 205 € par mois en moyenne pour les seniors concernés ! Et pourtant, ce coup pouce pourrait booster leurs revenus.

La perception de l’ASPA n’est pas systématique : la demande est à effectuer auprès de votre organisme référent (Sécurité sociale, MSA, etc.). Ce revenu minimum s’adresse notamment aux personnes âgées de plus de 65 ans avec un revenu modeste (Cet âge est abaissé à 62 ans dans le cadre d’une retraite anticipée ou d’une inaptitude au travail). 321 200 retraités oublient de demander l’ASPA.

Pour déterminer votre éligibilité à l’Aspa si vous n’avez pas de pension de retraite, votre caisse de retraite ou votre mairie passe en revue vos revenus des 3 derniers mois ( ou des 12 derniers mois, si vos ressources des 3 mois dépassent le plafond de ressources, NDLR) avant la demande.

Les revenus annuels d’une personne vivant seule doivent être inférieurs à 12.144.47 € (soit donc 1.012,02 € par mois) contre 18.854.02 €pour un couple (1.571.16 € par mois). Il faut en outre résider en France au moins 9 mois par an.

Gardez toutefois à l’esprit qu' »une grande partie de son montant peut être récupérée par la caisse de retraite au décès du bénéficiaire« , rappelle La retraite en clair.

Gare à cette particularité de l’ASPA.

« Lorsque le décès intervient en 2024, les sommes versées pour l’Aspa sont récupérées uniquement si l’actif net de la succession ( montant du patrimoine – dettes) est au moins égal à 105 300 €. Si l’actif net de la succession est inférieur à ce montant, il n’y a pas de récupération« , indique le site du service public.

« Pour un décès entre le 1er septembre et le 31 décembre 2023, les sommes sont récupérées après le décès si l’actif net de la succession est au moins égal à 100 000 € ».

Pension de réversion.

La seconde aide est la pension de réversion. C’est une partie de la retraite du conjoint décédé qui est versée au conjoint survivant, sous certaines conditions. « Dans tous les cas, la réversion ne fonctionne que lorsque le survivant était marié ou avait été marié au défunt« , souligne La retraite en clair.

« Le Pacs et le concubinage ne comptent pas, même lorsque des enfants sont nés de l’union », est-il précisé. Mais pour en bénéficier, il y a d’autres conditions qui changent en fonction des régimes.

Partager cet article
Laisser un commentaire